Il y a un an, Microsoft annonçait plancher sur une version de Windows 10 compatible avec les SoC ARM. Fort de son échec cuisant avec Windows RT, la firme de Redmond comptait sur une approche différente : plutôt que de développer un OS autour d’ARM, le travail a surtout porté sur l’émulation x86 sur un SoC ARM, ce qui permet de conserver exactement le même écosystème et les applications qui font la force de Windows.

Cette phase de développement vient tout juste de déboucher sur l’annonce officielle des premières machines par Asus et HP. Elles se basent pour l’heure sur le Snapdragon 835, puisque Qualcomm et Microsoft ont travaillé ensemble sur ce projet, et s’il est probable que l’OS s’ouvre à d’autres SoC (au moins le futur 845), ces puces présentent de nombreux avantages.

Tout d’abord, l’aspect tout intégré est bien plus développé chez Qualcomm et les autres acteurs du monde mobile. On pense notamment aux modems, qu’ils soient 4G ou Wi-Fi, qui sont intégrés directement dans la puce. Ceci permet de grandement simplifier les design en réduisant la taille du PCB. On peut alors faire la part belle aux composants primordiaux tels que l’écran ou la batterie.

Autre avantage, le monde mobile a introduit l’aspect « toujours connecté » que l’on ne connait pas sur PC, ceci grâce à des états de repos largement plus économes que sur les machines x86. On devrait donc enfin pouvoir se passer de recharge pendant plusieurs jours. Microsoft annonce ainsi jusqu’à 30j d’autonomie en veille (mais avec l’appareil allumé, écran éteint et inutilisé), et 22h en utilisation active. Alors que nous sommes déjà heureux lorsqu’un PC portable dépasse les 10h d’autonomie. Cela permettra aussi aux appareils de démarrer bien plus rapidement, de la même façon qu’un smartphone dont le réveil est instantané.

Chez Asus, le NovaGo (alias TP370QL) embarque un écran 13,3’’ Full HD sur une charnière à 360° tandis que le Snapdragon 835 est secondé par 4 à 8 Go de RAM, un SSD de 64 à 256 Go, 2 USB 3.0, 1 HDMI, 1 lecteur de cartes microSD et un emplacement nano SIM, le tout pour 1.39 Kg et 14,9 mm d’épaisseur. Les tarifs s’échelonnent entre 599$ en 4/64 Go et 799$ en 8/256 Go.

 

Chez HP, le Envy X2 2018 reprend le même matériel, mais dans une tablette avec clavier comme la Surface Pro. La tablette mesure ainsi à peine 6,9 mm d’épaisseur et se contente de 1,2 Kg, clavier compris. En revanche, la connectique est beaucoup plus chiche puisqu’on ne retrouve qu’un unique Type-C, un emplacement microSD et un nano SIM.

 

Rejoignez la discussion !

avatar