12 mois après Zen et Ryzen, AMD lance Zen+ et Ryzen 2. Pas de nouvelle architecture, mais un refresh bien senti et un procédé de gravure amélioré permettent de combler quelques lacunes de la génération précédente. Le tout sans augmentation de prix, afin de maintenir la pression sur le concurrent.

Bien qu'AMD planche bel et bien sur Zen 2, sa future microarchitecture, celle-ci nécessite une gravure en 7 nm qui n'est pas encore disponible sur ce genre de puce, et il faudra attendre 2019 pour la prochaine itération du texan. En attendant, afin d'occuper le terrain (puisqu'il est devenu presque obligatoire de renouveler sa gamme tous les ans) et pour répondre aux Coffee Lake d'Intel, la marque a misé sur ce qui eut autrefois été appelé un refresh, ou un speed bump.

amd-ryzen-2-2700x-2600x

En effet, l'architecture Zen+ ne diffère en rien de Zen. Même la gravure en 12 nm n'est que poudre aux yeux, puisque si Global Foundries a renommé ce procédé en 12LP, il ne s'agit que d'une légère évolution du 14LPP, soit une sorte de 14nm+, comme AMD le mentionnait dans ses roadmaps initiales. De toutes façons, ce point a assez peu d'importance, le nom des procédés de gravure n'ayant plus rien à voir avec l'écartement des transistors.

Latence optimisée

Mais il ne faut pas voir le mal partout et ce procédé autorise tout de même des transistors qui commuteront un peu plus rapidement. AMD indique ainsi avoir pu améliorer la latence des caches et du contrôleur mémoire (et donc, indirectement, celle de la RAM). Les chiffres vont de 34% à 11% d'amélioration, le plus gros bénéfice allant au L2 et au L1, ce qui permet d'améliorer sensiblement les performances sur du code mono-thread.

Des résultats que j'ai pu confirmer en comparant les Ryzen 7 1800X et 2700X en utilisant la même mémoire des deux côtés. Que ce soit en DDR4-2400 C17 ou en DDR4-2933 C15, je relève 35% de mieux sur le L2, 21% de mieux sur le L3, 10% de mieux sur le L1 (mais la mesure est très imprécise à cause d'une latence extrêmement basse, il est donc possible qu'on soit un peu au-delà des 10% comme l'annonce AMD), et 9% sur la mémoire. Dans le même temps, les débits des caches augmentent de 10% environ. La marque annonce aussi 3% d'IPC supplémentaires, soit 3% de performances supplémentaires (quel que soit le scénario) à fréquence identique.

4 GHz dès le premier boot

AMD a par ailleurs retravaillé en profondeur les fréquences des Ryzen 2. Tout d'abord, le procédé a permis de gagner environ 200 MHz sur toute la gamme, aussi bien en fréquence de base qu'en Turbo. A l'exception toutefois du Ryzen 5 2600X qui stagne à 3,6 GHz de base et ne gagne que 100 MHz au mieux. Le Ryzen 7 2700X remplace pour sa part à la fois le 1700X (dont il reprend le tarif) et le 1800X (par rapport auquel il gagne 100 à 200 MHz).

amd-ryzen-2-precision-boost-2

En supplément, AMD a amélioré ses mécanismes d'overclocking automatique, ou Turbo, en passant à Precision Boost 2 et eXtended Frequency Range 2. Sur les premiers Ryzen, Precision Boost n'atteignait son maximum qu'avec 3 threads sollicités ou moins, et au-delà, il était réduit au minimum. Au lieu de se contenter de booster la fréquence du CPU dans certains cas spécifiques, cette fois, Precision Boost 2 vise plutôt à la maintenir la plus
élevée possible en ne la réduisant que si c’est nécessaire. En gros, le turbo est plus linéaire et décroit progressivement en fonction du nombre de cores. On constate d'ailleurs que le Ryzen 7 2700X fonctionne quasiment tout le temps au-dessus des 4GHz (Turbo de 300 à 400 MHz), même lorsqu'il est sollicité à 100%, alors que le 1800X descendait à 3,7 GHz (Turbo de 100 MHz).

 Modèle7 2700X7 27005 2600X5 2600
Cores/Threads8C/16T6C/12T
Fréquence de base3,7 GHz3,2 GHz3,6 GHz3,4 GHz
Fréquence max Turbo4,3 GHz4,1 GHz4,2 GHz3,9 GHz
Cache L2/core (L3 total)512 Ko (16 Mo)
TDP105 W65 W95 W65 W
Prix330 €300 €230 €200 €

En ce qui concerne XFR 2, qui applique un overclocking supplémentaire si le refroidissement est suffisant, le mécanisme s'applique désormais à tous les cores, au lieu de se borner aux cas d'utilisation très légers. En single-thread, le gain reste plus ou moins inchangé, par contre, on constate une amélioration avec un bon refroidissement même sur les applications lourdes. AMD annonce jusqu'à 7% de gain avec un Noctua NH-D15S (on ignore le ventirad de départ), je relève plutôt 4 à 5 % en passant du ventirad de base (Wraith Spire) à un modèle plus performant tel qu'un Noctua NH-U14S.

Le support mémoire officiel passe aussi de DDR4-2666 à DDR4-2933, comme sur les APU Raven Ridge, mais les tolérances quand il s'agit de mémoire dual rank (modules de 16 Go) ou de l'utilisation de 4 modules sont toujours aussi limitées. On retombe en DDR4-2400 pour 2 modules dual rank, puis DDR4-2133 pour 4 modules single rank (4x8 Go par exemple). Chez Intel, le support officiel est moins élevé (DDR4-2666 sur Coffee Lake), mais il est plus régulier aussi. C'est d'autant plus dommage que les CPU 6 et 8 cores comme les Ryzen 5 et 7 sont plutôt destinés à être employés avec une grosse quantité de mémoire. Cela dit, rien n'empêche d'overclocker la mémoire, et on peut alors atteindre DDR4-3000 même en 4x8 Go, mais rien ne le garantit.

L'overclocking évolue peu

D'ailleurs, l'overclocking en général a légèrement évolué, par le biais du logiciel Ryzen Master. Celui-ci indique désormais les 2 meilleurs cores, via des petites étoiles dorées et argentées, permet d'ajuster l'overclocking par CCX (c'est à dire par cluster de 4 cores sur le 2700X), intègre un rapide benchmark de stabilité, et il ajoute le monitoring de 3 valeurs spécifiques : tension et intensité des VRM et puissance délivrée par le socket. L'ajout est le bienvenu, mais ne concernera que les overclockers extrêmes.

amd-ryzen-2-ryzen-master-screenshot

En ce qui concerne les résultats d'overclocking, on parvient un peu mieux à atteindre 4 GHz, voire à légèrement les dépasser, sur tous les cores en simultané, mais l'ensemble reste décevant. Lors d'une session d'overclocking dans les locaux d'AMD, 6 Ryzen 7 2700X ont atteint plus ou moins la même fréquence de 4,3 GHz sous Cinebench R15 (un test qui ne dure donc que 10 à 15s, très loin d'un véritable stress test) refroidi par un watercooling AiO 240 à fond. Les tensions ont été légèrement réduites de base (plutôt moins de 1,2v) et un maximum de 1,4 à 1,45v est recommandé, au-delà la chauffe devient contre-productive et limite la montée en fréquence. Du côté de la mémoire, on peut flirter avec la DDR4-4000, mais cela ne se fait qu'en dual channel et surtout avec les kits adéquats. En l'occurrence, un G.Skill Sniper X, plus ou moins certifié pour la plateforme. Mais d'autres kits plus anciens et pas forcément validés pour AMD (utilisant aussi des puces différentes) ont fréquemment buté après de DDR4-3200, peu importe les timings.

10% de mieux que la première génération

Et les performances dans tout ça ? Si l'architecture n'évolue que peu, le gros des gains provient d'une fréquence constatée bien plus élevée que sur la première génération. Comme je l'ai signalé plus tôt, le Ryzen 7 2700X grimpe à 4 GHz en jeu comme en encodage. Un surplus de 350 MHz par rapport au 1800X qui fait qu'il n'a aucun mal à dépasser ce dernier.

Par rapport à l'offre Intel, il faut distinguer divers scénarios. Intel garde l'avantage lorsque peu de cores sont sollicités, grâce à son architecture Coffee Lake plus affutée. Dans les applications qui emploient "quelques threads" (moins de 12 en l'occurrence), le 2700X affiche en moyenne 5% de retard sur l'i7-8700K, certains résultats descendant aussi bas que -22% (en browsing HTML5). Dans les applications qui utilisent toute la puissance disponible (encodage et rendu 3D), le Ryzen 7 2700X se montre en moyenne 21% plus rapide que l'i7-8700K, avec un gain maximal à 41% (encodage audio). Enfin, en jeu, le retard du Ryzen 2 s'établit à 10% par rapport au plus rapide des Coffee Lake. Le 2700X coute toutefois moins cher (330 € au lieu de 370 €) malgré son nombre de cores supérieur.

Le Ryzen 5 2600X (230 €) compte 6 cores, ce qui le place au même niveau que les Core i5-8600K (260 €) et i5-8400 (190 €), mais il profite du SMT ce qui lui confère 12 threads. Et il perd moins en fréquence par rapport au 2700X que dans le cas des puces Intel. Ceci lui permet d'afficher des performances en moyenne toujours meilleures que celles de l'i5-8600K. +3% dans les applications qui ne sont pas massivement multithread, 23% dans les autres, et 12% en jeu.

Enfin, par rapport au 1800X, le 2700X affiche un gain moyen de 11%, sacrée évolution en à peine 1 an !

La consommation est par contre toujours un peu supérieure chez AMD, et notamment au repos ou l'on relève 10 à 15 W de plus que chez Intel. Cela étant, le ratio puissance/consommation est comparable dans les deux camps.

 

Un chipset peu utile, mais une plateforme toujours aussi ouverte

Reste le cas de la plateforme. AMD joue d'une politique beaucoup plus libertaire qu'Intel. Pour commencer, les Ryzen 2 sont compatibles avec les cartes mères AM4 précédentes, c'est à dire les X370, B350 et A320. Il faudra simplement guetter l'arrivée des BIOS adéquats, nécessaire pour que l'ensemble fonctionne. En magasin, vous pourrez chercher un autocollant "Ryzen 2000 ready" sur la boite de la carte mère. Sinon, vous aurez la possibilité de réclamer un boot kit à AMD, qui vous enverra gratuitement un processeur Ryzen de première génération le temps de flasher votre carte mère, sous réserve de fournir les preuves d'achat nécessaires.

asus-crosshair-vii-hero

AMD introduit toutefois un nouveau chipset, le X470, qui n'apporte quasiment rien si ce n'est un étage d'alimentation amélioré pour s'assurer du bon fonctionnement des nouveaux processeurs. AMD livre aussi StoreMI, une surcouche logicielle qui permet d'agréger vos différents volumes de stockage physiques en un unique volume virtuel. Le disque le plus rapide jouera alors le rôle de caching, et il est même possible de rajouter un RAMdisk de 2 Go dans la boucle. Un ajout intéressant, mais qui ne justifie en rien une upgrade si vous étiez déjà équipé. Et à vrai dire, vu le tarif actuel des cartes X470, et le fait que le B350 suffit pour une majorité d'utilisateurs (l'overclocking est supporté), autant maximiser le ratio performances/prix de votre futur PC en vous contentant du petit chipset.

 amd-ryzen-2-storemi

Je reviendrai d'ailleurs sur StoreMI dans un prochain article, mais j'attends encore le driver final de la part d'AMD.

Ryzen 7 2700X :

   

Ryzen 7 2700 :

 Ryzen 5 2600X :

Ryzen 5 2600 :

LES NOTES
Performances monothread
90 %
Performances multithread
100 %
Performances jeux
85 %
Consommation
75 %
Prix
100 %

5
Rejoignez la discussion !

avatar
plus récents plus anciens
pll37
pll37

Un Ryzen 7 sans le 7 ? De tous les 2700X que j'ai vu, ce n'est que le deuxième a avoir cette caractéristique, exemplaire à garder bien précieusement, certains collectionneurs aiment ce genre de particularités !

jyll
jyll

vivement qu'Intel sorte son futur 8c/16t , et qu'AMD réponde en sortant sont 2800x !
c'est quand même mieux quand la concurrence est au niveau ! perf en hausse / prix en baisse = plus d'argent pour la RAM et la CG , vivement qu'AMD revienne dans la course pour les CG ! et merci a lui d'être revenu au niveau sur les procs!

Kukrapoc
Kukrapoc