Pour accompagner la Dark Core, sa première souris sans-fil, Corsair a aussi lancé le K63 Wireless, son premier clavier sans-fil et l'un des rare du genre en mécanique gaming.

Relativement peu de temps aprèss Logitech et son G613, que je testerai très prochainement, Corsair lance à son tour un clavier mécanique sans-fil à destination des joueurs. Mais l'orientation est cette fois très différente et vise un autre type de joueurs.

Si le K63 peut-être perçu comme un K65 sans-fil, il n'en est rien. Là ou le K65 reprend un châssis en aluminium écourté mais très proche du K70, le K63 puise plutôt son inspiration du côté du K66, le moins cher des claviers mécaniques de la marque. On retrouve donc un châssis intégralement en plastique, au look proche des K65/K70, et qui n'est pas mauvais, mais qui n'a pas le même caractère. Le repose poignet est lui aussi en plastique, et au lieu d'un large insert en caoutchouc, l'ensemble est constitué dans un plastique de type soft touch.

corsair-k63-wireless-lapboard-02

Mais contrairement au K66 (et au G613), le K63 embarque un rétro-éclairage des plus précieux. Il n'est certes que bleu, mais c'est déjà très appréciable. Je m'étonne toutefois de ne pas trouver de version RGB, mais Corsair réserve probablement cette fonction pour plus tard, si la demande du K63 est suffisante. Les effets habituels Corsair sont de la partie, bien qu'ils soient un peu bridés par l'absence de millions de couleurs.

2,4 GHz + Bluetooth

Le K63 ammène quelques changements importants. D'abord, 2 groupes de boutons multimédia dans les coins supérieurs. La gestion des médias à gauche, celle du volume à droite. Ce placement incongru trouve tout son sens dès que l'on saisit le clavier à 2 mains, les 2 pouces peuvent alors facilement atteindre ces raccourcis.

Le sans-fil est, comme sur la Dark Core, hybride : vous aurez le choix entre du 2,4 GHz propriétaire, nécessitant le dongle UBS fourni, ou un fonctionnement Bluetooth. Ceci assure une compatibilité avec de nombreux appareils, y compris les terminaux Android. Cela permet aussi de laisser le dongle sur votre PC principal mais de recycler votre clavier sur votre portable. Il suffira alors d'appuyer sur Fn + F10 afin de basculer sur le mode Bluetooth, ou Fn + F9 pour le mode 2,4 GHz. Le combo Fn + F11 permettra de visualiser l'état de la batterie via un clignotement de la LED témoin. Les boutons F1 à F4 reprennent eux aussi une fonction secondaire spécifique.

L'alimentation est assurée par une batterie 3000 mAh. Ce chiffre est légèrement décevant puisqu'un smartphone fait aussi bien, et qu'une pile LR6 rechargeable peut atteindre la même capacité (les versions classiques pouvant même dépasser cette valeur). Mais à vrai dire, cela n'a guère d'importance. Le K63 est "moyen partout" : il tient à la fois largement plus qu'une journée, de sorte qu'il suffit de brancher un cable le soir en allant se coucher, et dans le même temps il est très loin des 18 mois d'autonomie annoncée par Logitech. Sans marquer les esprits, Corsair parvient à assurer une autonomie correcte. Si on ne tiendra pas beaucoup plus qu'un journée complète avec le rétro-éclairage à fond, celui-ci est de toutes façons trop puissant. Mais même en réduisant la luminosité à 33%, le gain en autonomie n'est pas significatif.

Corsair K63 Wireless
 SwitchesCherry MX Red
 Macros dédiéesNon, mais entièrement programmable
 Connecteur requis1x USB 2.0
 Connecteurs sur le clavier1x micro-USB
 Rétro-éclairageOui, bleu individuel programmable
 Dimensions366x173x41 mm (+ repose-poignet de 48 mm)
 Poids1090 g (+ repose poignet de 72 g)

Tout ceci s'explique par un clavier qui ne passe jamais en veille. Contrairement à la Dark Core, seul le rétro-éclairage peut se désactiver automatiquement. De fait, il sera préférable de désactiver le clavier lorsqu'on quittera le bureau, même si cela implique une légère latence d'une petite seconde lors de l'appairage au rallumage.

D'ailleurs, en parlant de latence, le mode sans-fil 2,4 GHz ne souffre aucune critique. En blind test, impossible pour moi de savoir si le clavier était branché ou non. Par contre, en Bluetooth, une très légère latence est perceptible sur les jeux ultra nerveux type Street Fighter ou Dragon Ball. Cela n'empêchera pas de nombreux joueurs de s'en contenter, mais les plus exigeants sentiront une infime différence.

Cherry MX Red uniquement

Le K63 n'intègre aucune macro, ce serait contre-productif pour un clavier TKL, mais l'ensemble du clavier est reprogrammable. Dela donnera donc pas mal de possibilités, d'autant qu'on peut créer un nombre illimité de profils via le pilote Corsair CUE. Le n-key rollover intégral est aussi de la partie.

Les drivers gaming en détail : Corsair CUE

Il faut aussi préciser que grâce à ses 3 profils stockés en mémoire interne, le K63 Wireless conserve ses réglages même en Bluetooth et/ou sans pilote, bien que les fonctions soient alors un peu plus limitées.

Les switches sont des Cherry MX Red exclusivement, aucune autre variante n'est proposée pour le moment. Pourquoi pas, après tout, ce sont probablement les switches les plus appréciés chez Cherry, avec les MX Speed/Silver.

Un lapboard pour 60 €

Le K63 Wireless est lancé avec un Lapboard dédié. Si vous n'êtes pas familier du concept, il s'agit d'une sorte de support qui permet de placer clavier et souris sur vos genoux pour jouer du fond du canapé. Et si jusqu'alors le concept était à la peine, car nécessitant un K70 encombrant et filaire, l'arrivée du K63 révolutionne la chose. Il est enfin vraiment envisageable de jouer confortablement, avachi au fond du sofa. La construction du Lapboard pour K63, comme celle du modèle original, abuse du plastique, mais cette fois à 60 €, c'est totalement acceptable. L'espace alloué au tapis de souris est même parfaitement suffisant (27x21 cm) et l'épais coussin en mousse situé en dessous du Lapboard permet d'aborder sereinement une grosse journée de tryhard sur PUBG.

Corsair K63 Wireless

 

Corsair Gaming Lapboard pour K63 Wireless

 

POINTS FORTSPOINTS FAIBLES
  • sans-fil hybride
  • rétro-éclairé
  • repose poignet
  • entièrement programmable
  • autonomie perfectible
LES NOTES
Ergonomie et confort
80 %
Fonctions additionnelles
80 %
Construction et finition
74 %
Pilote
100 %
Autonomie
75 %
Prix
80 %

Rejoignez la discussion !

avatar