Lors du CES 2018, Intel annoncait des CPU intégrant un GPU AMD. Surprise générale, bien que quelques rumeurs semblaient pointer en cette direction. L’association si improbables de deux concurrents historiques. Mais cette annonce se concrétise pour de bon avec l’arrivée du Core i7-8809G, accompagné de quelques autres déclinaisons.

Ils sont tous basés sur l’architeture Kaby Lake, à savoir celle des Core 7000. Celle-ci étant par ailleurs très similaire, pour ne pas dire identique, aux déclinaisons Skylake et Coffee Lake. On retrouve ainsi 4 cores gérant l’HyperThreading (pour un total de 8 threads) accompagnés de 256 Ko de L2 chacun et d’un L3 unifié de 8 Mo. Une sorte de Core i7-7700 en somme. Tout est conservé jusqu’à l’IGP traditionnel Intel HD Graphics 630, qui sera notamment utile pour le décodage de flux vidéos, l'affichage du bureau et garantir une consommation réduite au repos.

Enfin un vrai GPU !

Mais la grosse nouveauté est ailleurs. Intel utilise en prime un GPU, conçu et fabriqué par AMD, les RX Vega M. Il s’agit d’une puce reprenant l’architecture des RX Vega, aussi appelée GCN 1.4, mais dans une déclinaison jusque là inédite. Selon la variante, GH ou GL, on compte en effet 24 ou 20 CU (Compute Units), au lieu de 32 sur la RX 570, ou encore 16 sur la RX 560. C’est aussi moins puissant que le GPU présent dans les consoles de jeu, la Xbox One X et la Playstation 4 Pro pouvant compter sur respectivement 40 et 36 CU.

intel-kaby-lake-g-package

Ces Compute Units embarquent tous 64 unités de calcul, ce qui donne donc 1536 unités de calcul pour RX Vega M GH et 1280 pour RX Vega M GL. Et en comparaison, les récents APU Raven Ridge d’AMD se contentent de…11 CU au mieux ! Soit seulement 704 unités. Et avec une fréquence très proche qui plus est, 1250 MHz quand le GPU de l'i7-8809G culmine à 1190 MHz. Si l'on considère la puissance de calcul en simple précision, la RX Vega M GH culmine à 3,65 Tflops, soit le double d'une Vega 11 embarquée dans les APU Raven Ridge, et plus précisemment le Ryzen 5 2400G. La RX Vega M GL se contente de 2,59 Tflops, soit à peu près autant que la RX 560 "originale" (et pas la version avec 896 unités et une fréquence réduite). Les GTX 1050 Ti et GTX 1050 sont toutes deux bien en dessous, avec 2,14 et 1,86 Tflops respectivement, de même que le HD Graphics 580 de l'i7-6770HQ du NUC Skull Canyon qui atteint quand meme 2,19 Tflops.

ModèleRX Vega M GHRX Vega M GLRX Vega 11RX 570RX 560
Compute Units 2420113216/14
Unités de calcul1536128070420481024/896
Fréquence1190 MHz1011 MHz1250 MHz1244 MHz1275 MHz
Puissance de calcul FP323,65 Tflops2,56 Tflops1,76 Tflops5,1 Tflops2,56 Tflops
Mémoire4 Go HBM24 Go HMB2DDR4 partagée4/8 Go GDDR52/4 Go GDDR5
Fréquence mémoire800 MHz700 MHz1333 MHz1750 MHz1500 à 1750 MHz
Bande passante204,8 Go/s179,2 Go/s 23,5 Go/s224 Go/s96 à 112 Go/s

Pour ne pas brider ce GPU, relativement costaud, Intel savait qu’il était nécessaire de lui attribuer de la mémoire rapide. Et donc d’en intégrer sur son package. La HBM2 était donc toute indiquée. Ici dans une version à 800, elle confère 204,8 Go/s de bande passante, bien plus que les 50 Go/s de l’eDRAM du Core i7-6770HQ, et encore plus que les 25 Go/s que peut fournir la DDR4 en dual channel et sans être partagée.

Cette mémoire est en outre appuyée par une puissance de texturing bien plus élevée du coté des GPU, et des architectures globalement plus pointues que l'approche Intel qui restait très sommaire.

intel-core-i7-8809g-rx-vega-m-gh

EMIB, l'alternative à l'interposer

Dernière pièce du puzzle, l’interface qui relie tout ce beau monde. Car le Core i7-8809G affiche pas moins de 3 dies : CPU, GPU et HBM2 ! Plutôt que d’utiliser un système d’interposer, comme le font AMD et Nvidia pour leurs GPU haute performance, Intel a développé EMIB, une approche intermédiaire, moins couteuse mais restant suffisamment performante pour connecter plusieurs puces.

intel-emib-tech

5 puces finalement très similaires

Tout ceci forme ce qu’Intel appele sobrement Kaby Lake G, ou les Core avec Radeon Vega. 5 modèles sont disponibles, mais en réalité, l’i7-8805G ne se distingue de l’i7-8809G que par d’infimes différences. Ce dernier est le seul à profiter d’un TDP de 100 W et de coefficients multimplicateurs débloqués, ce qui permet de l’overclocker. Malheureusement je n’ai pas pu m’y essayer, la machine n’étant restée au labo que quelques jours, j’ai du faire des choix. L’i7-8809G profite aussi de 100 Mz supplémentaires en Turbo et culmine à 4,2 GHz. Ceci le place au niveau d’un Core i7-7920HQ, un CPU rarissime seulement intégré dans des monstres à plusieurs milliers d'euros comme le MSI GT83VR.

Modèlei7-8809Gi7-8705Gi7-7920HQi7-7700HQi7-7700K
Cores/Threads4C/8T4C/8T4C/8T4C/8T4C/8T
Fréquence base3,1 GHz3,1 GHz3,1 GHz2,8 GHz4,2 GHz
Fréquence Turbo4,2 GHz4,1 GHz4,1 GHz3,8 GHz4,5 GHz
Cache L2/core (L3)256 Ko (8 Mo)256 Ko (6 Mo)256 Ko (8 Mo)256 Ko (6 Mo)256 Ko (8 Mo)
TDP100 W65 W45 W45 W91 W
IGPRX Vega M GHRX Vega M GLHD Graphics 630HD Graphics 630HD Graphics 630

L’autre variante de Kaby Lake G, c’est le Core i7-8705G, qui reprend la même fréquence CPU que l’i7-8809G, mais sans la partie OC, un TDP de 65 W et un GPU bien moins performant. Outre les 4 CU de moins, la fréquence est aussi réduite à 1011 MHz (-15%), et la HBM2 ralentit à 700 MHz pour une bande passante 12,5% inférieure. Le Core i7-8706G reprend exactement les memes spécifications, tandis que l’i5-8305G voit ses fréquences CPU légèrement réduites, précisemment au niveau de celles d’un i7-7700HQ. Il se contente aussi du de 6 Mo de L3, comme le 7700HQ.

La Full HD sans problème...

A la question "Le Core i7-8809G permet-il de jouer ?", la réponse est oui. Et pas qu’un peu. La plupart des jeux atteignent entre 40 et 60 FPS en Full HD et qualité très élevée. Cela équivaut à une GTX 1050 Ti, ou un peu plus, mais comme par hasard mon modèle étant tombé en panne lors de ces tests, impossible d'avoir une comparaison stricte. J'ai toutefois ajouté une GTX 1060 Notebooks (avec un Core i7-7700HQ). Pas d’équivalent du côté des Radeon mais on dépasse de 45% une RX 460 et la RX 560 sera a peine mieux placée. Les RX 470 ou RX 570 restent en revanche hors de portée (30 à 40% plus rapides).

Non seulement c’est un bon niveau de performances, suffisant pour une majorité d’utilisateurs, mais surtout c’est carrément bluffant pour une unique puce. Les APU Raven Ridge sont complètement dépassés, avec des performances triplées en jeux, et il en va de même pour l’i7-6770HQ de l’ancien NUC Skull Canyon. Ces performances bien supérieures proviennent, à n'en pas douter, d'un système mémoire bien plus costaud qui libère enfin les performances de l'iGPU. Bien joué Intel (et AMD).

...mais pas encore prêt pour la VR ?

Par contre, la VR est un sujet plus délicat. Intel utilise ce terme a des fins marketing, puisque la réalité virtuelle est tendance et fait vendre. Et on pourra effectivement chatouiller de nombreux jeux en VR, du moment qu’ils sont assez basiques. Sauf que les vrais jeux, tels que Project CARS 2, Elite Dangerous, Fallout 4 ou Star Trek : Bridge Crew, auront toutes les peines du monde à tourner de façon fluide. Avec un Vive ou un Rift, il faut en effet du 2160x1200 pixels, soit 25% de plus qu'en FUll HD, et en 90 FPS. Project CARS 2 ne tournant qu'à une cinquantaine de FPS en Full HD, la VR est donc hors de question sauf à drastiquement réduire la qualité d'affichage.

Pour ce qui est des performances CPU, pas grand-chose de nouveau, l’i7-8809G est un i7-7700HQ dopé, plus proche d’un i7-7920HQ, mais qui reste encore loin de performances des Core i7 de bureau dont le TDP autorise des fréquences bien plus élevées, en tout cas en utilisation prolongée. On ne peut en revanche que regretter la présence de "seulement" 4 cores, quand les nouveaux Core i7 hexa-cores débarquent.

Pour quels usages ?

Les nouveaux Kaby Lake-G sont très spécifiques. Côté CPU, Intel propose des performances satisfaisantes, mais hélas sensiblement inférieures à celles des nouveaux Coffee Lake-H pour mobiles. Et la partie graphique, quoi qu'impressionnante, implique de nombreuses contraintes, dont l'absence d'upgrade, l'utilisation d'une couteuse HBM2, et une puce au TDP global de 100 W qu'il ne sera pas simple de refroidir.

Test : Intel Hades Canyon NUC8i7HVK, paré pour la VR ?

D'un autre coté, c'est le SoC le plus puissant du moment, et son intégration dans des PC portables compacts et fins permettra de quand meme bénéficier d'une belle puissance de traitement. Microsoft en aurait eu l'utilité dans ses Surface Book 2, à la place c'est Dell qui s'en donne à coeur joie avec son nouvel XPS 15 2-en-1.

L'intégration dans un mini PC tel que le NUC Hades Canyon est aussi une idée intéressante, permettant ensuite de brancher un écran géant et de profiter d'une ergonomie sans faille tout en dissimulant complètement et facilement un vrai PC de joueur. Mais hélas, je n'ai eu écho d'aucun projet de ce genre à part celui d'Intel, les Kaby Lake-G étant plutôt destinés au monde mobile.

POINTS FORTSPOINTS FAIBLES
  • performances CPU (mieux qu'un i7-7700HQ)
  • performances GPU (mieux qu'une GTX 1050 Ti)
  • unique SoC qui remplace 2 puces
  • quad-core alors que les hexa-cores sont là
  • un peu léger pour de la VR ou la 3D du futur
  • déclinaison BGA uniquement

intel-core-i7-8809g-kaby-lake-g-tech

LES NOTES
Performances CPU
85 %
Performances GPU
75 %
Consommation
90 %

Rejoignez la discussion !

avatar